LE BARROCAL

La région de Barrocal est constituée d’une zone de 205 kilomètres carrés de terre, qui est le vestige d’une ancienne mer. La terre est maintenant caractérisée par des champs de blocs de calcaire, une végétation indigène, avec des systèmes de grottes et des aquifères en dessous.

Une grande partie de l’eau souterraine de la région est recueillie et stockée dans ces aquifères. Par conséquent, la protection de l’eau est une partie importante du travail de PROBAAL, ainsi que la préservation du paysage unique et de la biodiversité.

Nous nous préoccupons également des aspects humains de la région de Barrocal, de son patrimoine et de sa culture, qui sont si intimement liés à cette terre.

De vastes zones du Barrocal avaient réussi à rester intactes, notamment dans l’est de l’Algarve. Cependant, au cours des dernières années, ces zones intactes ont été de plus en plus érodées par la forte augmentation de l’agriculture de monoculture ici, avec des plantations d’agrumes de plus en plus grandes et des étendues de serres en plastique pour la culture de tomates et de fruits rouges, qui se répandent dans toute la région.

Ce défrichement à grande échelle a un impact irréversible sur le paysage, en le privant de ses caractéristiques naturelles, en endommageant le sol et en décimant la biodiversité qui existe par ailleurs. Toutes ces nouvelles cultures sont également gourmandes en eau, dans une région qui ne peut guère en supporter le coût.

La dernière menace qui pèse sur les terres agricoles du Barrocal est la prolifération des plantations d’avocats : En raison de la forte demande mondiale pour cette culture coûteuse, des avocats sont plantés dans l’Algave à un rythme alarmant, sans apparemment tenir compte de la quantité d’eau insoutenable dont ces arbres tropicaux ont besoin.

Comme ces actions sont autorisées par les autorités, il revient aux citoyens et aux groupes environnementaux de porter ces facteurs à l’attention de l’agence de l’environnement et de tenter de mettre un terme à ces activités irréfléchies par le biais de la procédure judiciaire. À ce stade, le paysage a déjà subi de nombreux dommages et il est difficile de remédier de manière satisfaisante à tout défrichement important, de sorte que le Barrocal naturel est perdu à jamais.

On pourrait supposer que les terres de la Reserval Ecologica National (REN) qui font partie du Barrocal, seraient à l’abri de la dévastation, et PROBAAL affirme que cela devrait être le cas. Les citoyens ordinaires doivent respecter les désignations REN et ne sont pas autorisés à modifier la terre – mais il semble que des exceptions soient faites pour l’énergie renouvelable et c’est donc le plus récent destructeur du paysage du Barrocal.

Le gouvernement portugais s’étant empressé de respecter les accords de 2030 sur le carbone, environ 1 % de l’ensemble du pays devrait être recouvert de panneaux solaires. En termes réels, cela représenterait 800 kilomètres carrés de paysage artificiel.

Il est alarmant de constater que, contrairement aux idéaux verts de l’énergie renouvelable, ces travaux ne semblent pas être entrepris dans le respect de l’environnement ; en effet, au premier semestre 2021, 8 des 9 projets faisant l’objet d’une consultation publique étaient proposés pour être implantés dans des zones forestières. Le Barrocal n’échappe pas à ce processus, avec plusieurs centrales déjà construites et d’autres proposées pour de nouveaux sites, comme Montechoro I & II et ESTOI-TAVIRA (Cerro do Leiria).