L’AQUIFÈRE PERAL-MONCARAPACHO

L’aquifère de Peral-Moncarapacho consiste en un système complexe de grottes calcaires qui occupe une superficie de 44 kilomètres carrés et stocke les eaux souterraines dans la zone qu’il occupe.

L’aquifère de Peral-Moncarapacho se situe entre les aquifères de Faro et de Luz Tavira, qui ont tous deux été identifiés comme « vulnérables » par l’agence portugaise de l’environnement. PROBAAL s’efforce d’empêcher qu’il ne rejoigne ce statut, en contestant la mise en œuvre d’un projet solaire inadapté d’Iberdrola S.A. à Cerro do Leiria.

L’aquifère de Peral-Moncarapacho bénéficie actuellement d’un statut « sain », mais les mesures enregistrées des niveaux d’eau n’en diminuent pas moins d’année en année. Cela reflète une diminution des précipitations au cours de ces années, ainsi qu’une augmentation de la demande en eau.

Nous devons nous adapter à l’évolution de la situation de l’eau dans la région et faire de sa gestion durable notre priorité.

Les zones arborées créent des microclimats et favorisent les précipitations, et comme l’inverse est également vrai, nous ne voulons pas supprimer les buissons et les arbres maturels de la zone de captage d’eau de l’aquifère. Comme on prévoit que l’Algarve deviendra plus sèche dans les années à venir, nous ne devons pas autoriser de vastes défrichements qui accéléreraient le processus de désertification ou réduiraient l’eau des forages locaux.

Les experts confirment qu’un défrichement important des terres de la réserve écologique nationale (REN), qui fait partie du bassin versant de l’aquifère de Peral-Moncarapacho, entraînerait une diminution de l’eau entrant dans l’aquifère et une augmentation des inondations dans le sud.

L’implantation proposée de la centrale solaire ESTOI-TAVIRA à Cerro do Leiria couvrirait environ 5 % de la superficie totale de l’aquifère et un pourcentage beaucoup plus important de la principale zone d’infiltration.

Parce que les ressources en eau et leur préservation sont une préoccupation majeure dans l’Algarve sec, PROBAAL travaille aux côtés d’autres organismes et fait partie de l’association PAS – Platforma Agua Sustentavel.